A young woman wearing a pink scarf sits in the middle of a circle of people outside. She is raising her arms above her head and singing

Bénéficiaire Stories

La voix des jeunes est importante : Pour les jeunes, par les jeunes, avec les jeunes

Partenaire bénéficiaire : PRAVAH

Subvention: Réseau

Priorités: Stigmatisation, Jeunesse, Violence

Pays: Inde

Depuis 30 ans, Pravah plaide en faveur du leadership des jeunes dans les programmes de santé sexuelle et reproductive. L’équipe de Pravah explique comment son projet ‘My Life, Mere Faisle’, avec le financement d’AmplifyChange, renforce la confiance et les compétences des jeunes en Inde pour qu’ils fassent campagne en faveur du changement dans leurs communautés.

J’avais peur d’être traitée de “besharam” et de “badtameez” (audacieuse et effrontée) par les membres de ma communauté pour avoir exprimé mon opinion. Cependant, lorsque j’ai travaillé dans le cadre de la bourse My Life, Mere Faisle et que j’ai travaillé avec des jeunes filles, des femmes et des enfants sur l’importance de la santé et des droits sexuels et génésiques, je pense qu’il faut être “besharam”. Si cela permet de créer un environnement sûr pour les jeunes de la communauté, qu’il en soit ainsi.

Manisha, boursière du MLMF

Le mariage d’enfants, le mariage précoce et le mariage forcé (CEFM) sont des pratiques ancrées dans les normes patriarcales et la discrimination sexuelle omniprésente. L’Inde est le pays qui compte le plus grand nombre d’enfants mariés au monde : 223 millions, soit un tiers du total mondial. Bien qu’il soit illégal pour les filles de moins de 18 ans de se marier, on estime qu’au moins 1,5 million de filles de moins de 18 ans se marient en Inde chaque année.

Les jeunes femmes ayant peu de possibilités d’emploi rémunéré, le mariage est souvent considéré comme la seule option viable. Les rapports font état d’une augmentation spectaculaire des cas de CEFM après le COVID 19. Les familles qui ont perdu leurs moyens de subsistance et leurs revenus pendant la pandémie tentent de faire face à leurs ressources limitées en mariant leurs filles le plus tôt possible. Alors que le gouvernement délibère sur la nécessité de faire passer l’âge du mariage des filles de 18 à 21 ans, il est essentiel de noter que cette mesure pénaliserait encore davantage les familles en proie à des difficultés financières.

Si les interventions juridiques peuvent jouer un rôle dans la réduction des cas de CEFM, l’application de ces lois est très faible. Tant que les normes sociales ne changeront pas et que les filles n’auront pas accès à leurs rêves, à leur autonomie, à l’enseignement supérieur et aux possibilités d’emploi, les mariages précoces se poursuivront. Il est donc nécessaire d’envisager une approche fondée sur les droits qui permette aux filles de prendre leurs propres décisions.

A man sits in front of a group of young people, speaking to them

Depuis 1993, Pravah s’efforce de soutenir le développement d’adolescents et de jeunes leaders confiants et tournés vers l’avenir par le biais d’interventions psychosociales menant à l’inclusion économique, politique et sociale. Nous pensons que le changement social passe par un changement de mentalité des individus et par l’autonomisation des exclus de la société. Il est impératif de modifier les attitudes des personnes occupant des postes de décision importants pour changer les structures sociales qui marginalisent les communautés. C’est pourquoi nous travaillons avec des jeunes issus de milieux divers pour leur permettre d’agir afin qu’ils deviennent des leaders conscients d’eux-mêmes, empathiques et socialement responsables.

Parfois, ce n’est pas l’âge, l’éducation, la légalité et l’économie qui sont en cause, mais plutôt les normes patriarcales et culturelles qui ont empêché les jeunes de prendre leur vie en main et de prendre des décisions pour eux-mêmes. En effet, les jeunes sont d’abord définis comme une identité culturelle qui les empêche d’exercer leur pouvoir.

Akash and Neetu, responsables de programme

En réponse au manque d’action perçu chez les adolescents et les jeunes, Pravah a conçu un programme, My Life, Mere Faisle (Ma vie, mes décisions), qui s’attaque aux inégalités de genre profondément enracinées et donne aux jeunes les moyens de prendre leur vie en main en prenant des décisions éclairées, en résolvant les conflits et en plaidant en faveur du changement social. Depuis 2015, Pravah a mis en œuvre le programme dans les 28 districts de cinq États (Uttar Pradesh, Madhya Pradesh, Telangana, Rajasthan et Delhi), engageant directement 11 500 adolescents et jeunes. Chaque année, 35 à 40 participants ont été formés en tant qu’Animateurs de jeunesse dans le cadre d’une bourse visant à défendre les questions de discrimination sociale, de violence basée sur le genre et l’identité et de représentation des voix des jeunes.

A young woman wearing a pink scarf sits in the middle of a circle of people outside. She is raising her arms above her head and singing

L’organisation de dialogues a été un outil essentiel pour provoquer des changements sociaux. Le programme adopte une approche psychosociale pour encourager les jeunes à s’explorer, à découvrir les différentes facettes de leur identité, à créer leurs aspirations, à se connecter à la société dans laquelle ils vivent et à comprendre les systèmes sociaux. La capacité à s’exprimer et à se faire entendre lors des sessions se traduit ensuite dans leurs foyers et leurs communautés, afin qu’ils puissent influencer les décisions qui ont un impact sur eux. Les participants acquièrent ainsi un pouvoir d’action et sont en mesure de conduire le changement dans leur contexte par le biais de l’action sociale. Cela leur permet de poser des questions, de gérer les conflits avec empathie et d’accompagner les gens dans le changement qu’ils souhaitent voir s’opérer. Pravah considère cette approche holistique comme un modèle durable de prévention de la violence à l’égard des femmes et de la violence sexiste.

Ma famille est assez patriarcale. J’essaie de changer cela. Je discute avec ma mère et ma tante. Au début, je recevais beaucoup de railleries, mais maintenant nous dialoguons à la maison. Il faudra beaucoup de temps pour désapprendre certains comportements et idéologies, mais au moins la conversation a lieu, ce qui nous permet de mieux nous comprendre et d’essayer de trouver des solutions ensemble.

Ruqayya, Animatrice de jeunesse

Le succès du programme est évident dans les parcours transformateurs des jeunes participants qui ont entamé des conversations à la maison, tout en menant des efforts de plaidoyer pour parler de questions critiques qui sont taboues, comme la santé menstruelle, la santé sexuelle, la masculinité toxique, le plaisir, la contraception et la nécessité d’une éducation sexuelle complète avec toutes les parties prenantes. Grâce à la campagne annuelle “Chota Muh Khari Baat” (“Les jeunes, un discours vrai et audacieux”), les jeunes défenseurs ont atteint plus de 6,3 millions de personnes en ligne et plus de 40 000 personnes sur le terrain, en collaborant avec des alliés non spécialistes des droits de l’homme et des parties prenantes importantes afin de briser les barrières entre les sexes par le dialogue. Le programme a facilité de multiples conversations intergénérationnelles dans les communautés, ainsi qu’entre divers jeunes.

A group of community members, mostly women, stand in a semi circle facing the camera. They are smiling. They are holding a banner.

Pinki, une survivante du mariage d’enfants âgée de 19 ans et originaire de Jaipur, au Rajasthan, a rejoint le programme My Life, Mere Faisle en 2021 avec l’intention de travailler avec d’autres jeunes filles mariées à un âge très précoce. La bourse n’a pas seulement été un espace d’apprentissage pour elle, elle est aussi devenue son champ de bataille pour lutter contre l’injustice liée au genre : elle voulait briser le silence sur la question du CEFM au sein de sa communauté. Son projet d’action sociale pendant le Chota Muh Khari Baat consistait à organiser un “Chaupal Pe Charcha” (dialogue sur la place) dans son village. Elle a dialogué avec les anciens de son village afin de négocier des espaces pour l’éducation et la santé des filles. C’est son charcha (cercle de dialogue) qui a secoué le village et fait évoluer les mentalités, retardant ainsi le mariage d’un grand nombre de filles. Après sa bourse, elle est maintenant sur le point de terminer ses études supérieures avec le soutien de sa famille et de sa belle-famille.

Alors que le programme suscite des discussions sur les identités, le genre et la santé et les droits sexuels et reproductifs, il a également été confronté à des réactions négatives de la part des communautés où ces conversations sont une première. L’utilisation de points d’entrée plus acceptables dans la communauté a été une méthode efficace pour aborder les questions sensibles, associée à des conversations cohérentes et multiples avec les parties prenantes pour améliorer l’engagement. À l’avenir, il sera important d’élaborer une stratégie pour travailler en étroite collaboration avec les parties prenantes, telles que les parents et les enseignants, qui peuvent offrir un environnement favorable aux jeunes qui exercent leur pouvoir au sein de la famille et dans les salles de classe. Le programme doit impliquer davantage d’hommes, de garçons et de dirigeants communautaires en tant que partenaires plaidant en faveur de l’équité entre les sexes, et explorer davantage la défense des droits sexuels et reproductifs à partir d’une approche centrée sur le plaisir. Le programme doit également créer un environnement propice au développement de l’action des personnes ayant des identités de genre et des orientations sexuelles différents.

Le programme “My Life, Mere Faisle” et la campagne “Chota Muh Khari Baat” sont devenus synonymes de la voix des jeunes. Pravah est fière de promouvoir le renforcement de l’action des jeunes et de passer du “développement de la jeunesse” à la “centralité de la jeunesse” dans les programmes de développement. La mission est d’enraciner et de défendre les jeunes, qui s’affirment, placent leurs besoins au centre et remettent en question les normes existantes pour construire un monde qui soit inclusif pour tous. Il est grand temps de créer des espaces pour les jeunes, par les jeunes et avec les jeunes, afin de libérer leur potentiel dans un environnement sûr, valorisant et responsabilisant.

Vidéo récapitulative du programme My Life, Mere Faisle (Ma vie, mes décisions)

My Life, Mere Faisle a été sélectionné par Women Deliver 2023 comme solution innovante. Vous pouvez lire une sélection d’histoires de changement dans ce recueil en cliquant ici (anglais).

Témoignages de Bénéficiaires

A young woman holds up a handmade fabric pad.

Bénéficiaire Stories

Ensemble pour un Burkina Faso favorable à la santé et l’hygiène menstruelles

Burkina Faso

Priorités: Violence, Stigmatisation, Jeunesse, Avortement, Accès

Three people sit outside on a bench, in conversation.

Bénéficiaire Stories

Si vous le construisez, ils viendront : Améliorer les soins de santé pour les communautés transgenres, intersexes et de genre différent

Zambie

Priorités: Stigmatisation, Accès

A man sits in a chair writing on a piece of paper while two community outreach workers look on

Bénéficiaire Stories

Des hommes engagés : Transformer les mentalités contre la masculinité toxique

Cameroun

Priorités: Accès, Jeunesse, Violence

Veuillez sélectionner une langue