A man sits in a chair writing on a piece of paper while two community outreach workers look on

Grantee Stories

Des hommes engagés : Transformer les mentalités contre la masculinité toxique

Bénéficiaire partenaire: Reach Out Cameroon

Subvention: Réseau

Priorités: Accès, Jeunesse, Violence

Pays: Cameroun

La crise anglophone dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun a entraîné d’importants défis socio-économiques et une instabilité accrue. Ces changements augmentent la vulnérabilité des femmes à la violence sexuelle et basée sur le genre (VSBG) ainsi qu’à l’exploitation et aux abus sexuels. En 2022, on estimait que 979 000 personnes avaient besoin d’être protégées contre la violence basée sur le genre (VBG) dans ces régions. Le déplacement interne d’environ 712 644 personnes a eu de graves répercussions sur la santé sexuelle et reproductive dans les communautés d’accueil des personnes déplacées dans les régions voisines du Littoral, de l’Ouest et du Centre.

L’impact aigu de la crise anglophone sur les droits et la santé sexuels et reproductifs (DSSR) aggrave les problèmes DSSR existants au Cameroun. Les normes patriarcales et les stéréotypes sur la masculinité empêchent de s’adresser aux problèmes de la VSBG, des MGF/E, des avortements à risque et de l’absence d’éducation complète à la sexualité dans le pays.

Dans ce contexte difficile, Reach Out Cameroon promeut une approche communautaire pour transformer la masculinité toxique. Reach Out est une organisation qui soutient les groupes marginalisés, en particulier les jeunes et les femmes, par le biais d’approches communautaires et de plaidoyer. Grâce à la subvention Réseau AmplifyChange, Reach Out incite les hommes et les garçons à remettre en question les normes sociales existantes qui contribuent à la VSBG et réduisent la prise en charge des DSSR des femmes. En outre, le projet répond aux besoins en matière de santé mentale et de santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles vulnérables et déplacées à l’intérieur du pays en raison de la crise anglophone.

Un groupe des personnes qui posent devant un restaurant, portant des t shirts roses.
Des membres de la communauté formés diffusent des messages sur les DSSR, la lutte contre la VBG et la masculinité positive

Pour ce projet, Reach Out s’est associé à 24 organisations communautaires dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest, de l’Ouest et du Littoral. Reach Out et ses partenaires utilisent l’engagement communautaire pour transformer les mentalités des membres de la communauté, en particulier des hommes et des garçons, et pour créer des champions communautaires contre la VBG et pour la promotion des DSSR. Les partenaires du projet reçoivent une formation organisationnelle avant et pendant le projet afin de soutenir leurs compétences en matière de gestion financière et de projet. Au-delà du projet, ces formations aideront les partenaires à renforcer leur organisation.

Engager les champions communautaires

Reach Out et ses partenaires ont formé 320 dirigeant·e·s et membres de communautés pour qu’ils deviennent des mobilisateur·rice·s et des conseiller·ère·s communautaires. Ces membres de la communauté encouragent les changements de comportement en matière de DSSR et de VBG et identifient les cas de VBG afin de les orienter vers un soutien psychologique et des services de santé. Les mobilisateur·rice·s se sont heurté·e·s à la résistance initiale de la communauté à participer à la transformation des normes sociales concernant les normes de genre, les masculinités toxiques et l’inégalité en matière de santé sexuelle et reproductive. Pour aborder ces questions du point de vue de la communauté, le projet utilise un certain nombre de stratégies :

  • Réunions trimestrielles de consultation communautaire avec les dirigeant·e·s et les personnes influentes afin de susciter l’adhésion et d’impliquer les principales parties prenantes. L’équipe partage ses connaissances et réfléchit à des stratégies visant à éliminer la VBG et à promouvoir les DSSR. À ce jour, un total de 1 272 dirigeant·e·s communautaires ont manifesté leur soutien à la santé et aux DSSR à l’issue des réunions communautaires.
  • Réunions de mobilisation communautaire visant à identifier les domaines de plaidoyer prioritaires pour les dialogues communautaires. Ces dialogues permettent d’élaborer des solutions et des plans d’action pour lutter contre les inégalités de genre et favoriser la collaboration. Un an après le début du projet, 83 des 160 mobilisateur·rice·s communautaires formé·e·s ont atteint 34 953 membres de la communauté.
  • Campagne numérique contre la VBG et pour les DSSR. Le projet a touché 24 117 utilisateur·rice·s de plateformes numériques avec des messages clés contre la masculinité toxique et la VBG et pour les DSSR des femmes.
  • Soutien psychosocial communautaire et gestion des cas de VSBG. Les 160 conseiller·ère·s communautaires formé·e·s aident les survivant·e·s de la VSBG à accéder à un soutien psychosocial et à être orientés vers des services appropriés. Depuis le début du projet, les conseiller·ère·s ont rencontré 238 survivant·e·s de la VBG et les ont mis en contact avec des services.
Un homme est assis sur une chaise et écrit sur une feuille de papier sous le regard de deux travailleurs sociaux.
S’engager directement auprès des hommes et des garçons favorise la transformation des normes sociales

En privilégiant les approches communautaires, Reach Out et ses partenaires ont élaboré des solutions durables pour améliorer les normes en matière de genre.

De la masculinité toxique à la masculinité positive

Ces activités de sensibilisation communautaire ont eu un impact tangible sur les perspectives en matière de normes de genre. Victua, une femme qui est survivante de la violence, a commenté l’impact des activités d’éducation communautaire. Elle affirme que grâce aux activités du projet, la communauté l’a

adoptée en tant que cheffe d’entreprise et symbole de résilience pour l’émancipation des femmes.

À ce jour, 40 % des hommes et des garçons interrogés qui ont participé aux activités de sensibilisation communautaire ont changé leur point de vue sur la VBG et les DSSR et sont devenus des partisans de l’égalité du genre. Dans une communauté, après une campagne de sensibilisation, un père a refusé la demande en mariage de sa fille de 16 ans à un homme de 60 ans. Il a ainsi soutenu la décision de la jeune fille de continuer à aller à l’école.

En outre, le projet a inspiré d’autres approches visant à éliminer la VBG et à promouvoir les DSSR, notamment :

  • Des centres de relations au sein des communautés qui soutiennent la résolution des conflits et la prise de décision partagée entre les couples. Ces centres travaillent avec des chefs religieux masculins et féminins et des couples âgés mariés depuis de nombreuses années, qui leur servent de guides.
  • Des séances de sensibilisation en porte-à-porte réunissant les jeunes, les personnes âgées et les parents pour discuter de techniques parentales culturellement appropriées, y compris une éducation complète à la sexualité.
  • La technique du « Farming Njangi », qui consiste à faire travailler un groupe de femmes sur les fermes de chacun des membres du groupe. Cette technique a permis de stimuler la productivité lors des saisons de plantation et de récolte, de réduire la dépendance sur des partenaires masculins pour la subsistance et, par conséquent, de réduire la violence entre partenaires intimes liée à la pauvreté.
Une femme vêtue d'un tee-shirt rose montre un tableau à quatre femmes.
La sensibilisation de la communauté est une pierre angulaire du travail du projet

Les besoins les plus urgents en matière des DSSR dans les régions du Cameroun touchées par le conflit sont la fourniture de services gratuits et accessibles, des prestataires de soins de santé formés aux services psychosociaux et à la gestion des cas, et la disponibilité de produits menstruels et de contraceptifs au niveau communautaire. Cependant, Reach Out et ses partenaires montrent que l’inclusion d’un changement des normes sociales par l’engagement des hommes et des garçons est cruciale pour construire un changement durable et accroître l’acceptation des DSSR, même dans les zones touchées par la crise.

Témoignages de Bénéficiaires

Woman standing in a field of trees, showing the camera vegetables she's grown

Grantee Stories

Autonomiser des agricultrices à devenir les champions DSSR

Ouganda

Priorités: Accès, Jeunesse

Students sit at desks in a white classroom. The teacher stands at the front of the room, wearing a turquoise outfit.

Grantee Stories

Assurer l’intégration durable de l’éducation des compétences de vie courante en milieu scolaire

Pakistan

Priorités: Accès, Jeunesse

A group of people stand in front of a house that is being built.

Grantee Stories

Mettre la santé menstruelle à l’ordre du jour grâce au plaidoyer et aux mouvements

Népal

Priorités: Stigmatisation, Jeunesse

Veuillez sélectionner une langue