A group of people are performing a dance number. One man is in a handstand.

Bénéficiaire Stories

Briser les barrières : l’artivisme au service des droits des personnes en situation de handicap

Partenaire bénéficiaire : Dance Into Space Foundation

Subvention: Renforcement

Priorités: Stigmatisation, Accès

Pays: Kenya

Onyango Ondiege, directeur artistique de Dance into Space (DIS), explique comment son organisation utilise l’« artivisme » pour changer les normes sociales et promouvoir l’amélioration des droits et de la santé sexuels et reproductifs (DSSR) des personnes en situation de handicap au Kenya.

Pamela Jura est une mère célibataire de trois enfants et une femme en situation de handicap. Pamela est également danseuse. Grâce à son travail, elle s’est imposée comme une ardente défenseuse du féminisme et du handicap. Elle sert de modèle aux femmes en situation de handicap, en proposant des formations de danse et un mentorat pour les personnes à mobilité réduite.

Pamela est membre de la compagnie Dance Into Space (DIS), un groupe artistique du comté de Siaya, au Kenya, composé de personnes en situation de handicap et non. DIS crée de la danse inclusive à des fins d’éducation, d’activisme et de divertissement. En tant qu’« artivistes » – activistes artistiques – notre travail aborde diverses questions telles que les pratiques qui conduisent à des violations des droits de l’homme, y compris celles qui ciblent des groupes vulnérables comme les femmes, les filles et les personnes en situation de handicap.

Après des auditions, j’ai rejoint la compagnie et j’ai réalisé que les personnes en situation de handicap avaient également des talents dans la danse. Les personnes non handicapées nous ont accueillis et ont accepté de travailler avec nous comme des frères et sœurs. Cela a fait tomber les barrières entre nous. Je me considère maintenant comme une ambassadrice des personnes en situation de handicap.

Pamela Jura, membre de la compagnie DIS

Le comté de Siaya est connu pour son riche réservoir de talents artistiques. Le comté est également confronté à plusieurs problèmes sociaux urgents. La population de personnes en situation de handicap y est élevée, avec un taux de 4,1 %, et figure parmi les cinq premiers comtés du Kenya. En outre, le comté de Siaya présente une prévalence du VIH nettement plus élevée que la moyenne nationale parmi les adultes en situation de handicap et non. Les activités économiques du comté, telles que la pêche et l’exploitation minière, ont conduit à l’exploitation et exacerbé les inégalités sociales. Ces problèmes sont d’autant plus graves que le comté de Siaya est situé près de la frontière entre le Kenya et l’Ouganda, où des problèmes tels que la traite des êtres humains et le trafic sexuel sont fréquents.

Malgré ces défis, le comté de Siaya peut s’enorgueillir de personnalités éminentes et d’un potentiel de développement. Notre organisation tire parti de la richesse des talents au sein de la communauté et collabore de manière créative avec les parties prenantes locales pour favoriser le développement durable grâce à des arts de la danse inclusifs.

LA DANSE POUR LE CHANGEMENT

A man lifts a woman up by the arms as part of a dance performance.

DIS reconnaît l’importance de remettre en question et de démanteler les barrières culturelles et les tabous auxquels sont confrontées les personnes en situation de handicap par le biais de l’expression artistique et de la défense de leurs intérêts. Les personnes en situation de handicap rencontrent des obstacles spécifiques à la réalisation de leurs droits et de leur santé sexuels et reproductifs (DSSR), tels que la stigmatisation de leur sexualité et le manque de sensibilisation au VIH/SIDA et de connaissance de leur statut.

C’est pour répondre à ces questions que DIS a mis au point l’initiative Breaking Barriers (briser les barrières). Breaking Barriers est un projet de danse unique en matière de DSSR qui tient compte de la diversité des capacités. Ce projet novateur permet aux personnes en situation de handicap d’acquérir des compétences en matière de danse contemporaine et d’interprétation afin de défendre les DSSR. En popularisant les danses mixtes, DIS et ses artistes promeuvent l’acceptation et l’intégration des personnes en situation de handicap dans la société. Nos spectacles mettent en lumière les expériences et les perspectives des populations marginalisées ou à risque.

Par essence, le projet Breaking Barriers vise à favoriser l’inclusion, l’autonomisation et le changement social grâce au pouvoir de transformation de la danse.

LA CROISSANCE DE LA COMMUNAUTÉ

Dance Into Space a mis en place un centre de résidence artistique inclusif et adapté aux personnes en situation de handicap, destiné à favoriser le développement communautaire et la créativité. Ce centre accueille des artistes, des activistes, des agent.es de développement communautaire et des chercheur.euses qui se réunissent pour s’immerger dans la communauté afin de se former, d’échanger, de créer, de réfléchir et d’élaborer des stratégies.

DIS propose des programmes de formation à la danse et au mouvement au centre et s’engage activement dans des activités de renforcement de la communauté et des efforts de sensibilisation. Par le biais de Breaking Barriers, DIS cultive une équipe de Creative Disability Rights Advocates (CDRA) (Defenseur.euses creatif.ves des droits des personnes en situation de handicap) qui défendent les droits des personnes en situation de handicap.

Two people acting out a scene outdoors.
Le DIS utilise ses spectacles de danse pour éduquer la communauté.

DIS a la chance de voir un grand nombre de personnes suivre son travail, tant au niveau local que numérique. Nos projets ont acquis une grande visibilité, ce qui leur a valu un grand nombre d’adeptes. Comme beaucoup d’organisations travaillant dans le domaine de l’artivisme, nos efforts se situent à la croisée des chemins entre le divertissement grand public et le service communautaire. Bien que nous espérions gagner de l’argent grâce aux spectacles, le travail de sensibilisation mobilise la majeure partie de notre public, et nous ne pouvons pas faire payer l’entrée pour les spectacles publics ouverts à tous. Seule une petite partie du public assiste et paie pour des spectacles dans des théâtres conventionnels.

Cependant, notre visibilité accrue nous permet d’amplifier notre message et d’atteindre un public plus large, augmentant ainsi l’impact de notre travail. Par exemple, Breaking Barriers a été présenté dans le cadre d’un recueil international de bonnes pratiques sur l’inclusion des personnes en situation de handicap dans les programmes de santé sexuelle et reproductive. Pour en savoir plus, cliquez ici.

BRISER LES BARRIÈRES

Nous avons adopté des approches créatives participatives dans Breaking Barriers comme stratégie principale pour plusieurs raisons :

  1. La construction de la communauté et de l’audience : Certaines questions sont encore considérées comme taboues par certaines communautés, ce qui rend difficile de les aborder ouvertement et efficacement. Aborder ces sujets sensibles nécessite une navigation prudente et des stratégies d’engagement culturel de la communauté adaptées à chaque contexte, ce qui peut être coûteux et prendre du temps.

    En impliquant la communauté dans nos processus créatifs, tels que les représentations sur le marché libre, les ateliers et les événements interactifs, nous visons à construire une base de public solide et engagée. Cette approche favorise un sentiment d’appartenance et de connexion à nos projets, ce qui conduit à un intérêt et à un soutien durables de la part de la communauté.
  2. L’influence sur les politiques : L’implication des parties prenantes et des décideurs politiques dans nos performances a contribué à créer une compréhension commune des questions en jeu et des solutions potentielles. Grâce aux spectacles de danse, nous avons réussi à faire connaître les besoins et les points de vue des groupes marginalisés, à influencer les décisions politiques qui favorisent l’inclusion et à obtenir la reconnaissance des décideurs politiques au niveau local. Par exemple, une intervention a conduit le bureau du chef à Awelo à allouer des ressources pour collecter des données sur les enfants nés avec des handicaps à la maison afin de s’assurer que leurs naissances sont enregistrées.

    Grâce à nos projets, nous avons autonomisé les communautés de personnes handicapées en leur fournissant des compétences, des connaissances et des ressources précieuses. Les membres de ces communautés sont devenus des activistes, défendant leurs droits et suscitant des changements positifs.
  3. L’éducation communautaire : Certaines communautés continuent de stigmatiser la sexualité et le handicap et sont lentes à adopter de nouvelles idées ou à s’informer sur certaines questions. Surmonter la stigmatisation profondément enracinée et la résistance au changement reste un défi. Cependant, nous avons constaté que de nombreuses communautés réagissent positivement lorsqu’elles sont abordées avec des méthodes créatives. Notre approche participative créative a servi d’outil puissant pour éduquer notre communauté et a contribué à la sensibilisation aux droits des personnes handicapées et aux droits liés à la sexualité, entre autres droits.

    En intégrant l’art, la musique et la danse dans nos projets, et en facilitant le dialogue et les réflexions sur nos pièces de danse, nous contribuons à des conversations qui remettent en question les stéréotypes, font tomber les barrières et favorisent l’empathie et la compréhension au sein de la communauté.
A man stands on the left side of a stage while two people sit on the ground and pour sand out of their hands.

REGARDER VERS L’AVENIR

Au-delà du comté de Siaya, notre organisation et ses efforts sont reconnus par diverses parties prenantes locales et internationales, y compris des collègues artistes, notre communauté locale, la société civile, les universités, les médias et les organismes gouvernementaux. Nous avons créé des réseaux et forgé des partenariats avec des institutions, des chercheur.euses et des organisations similaires, tant au niveau national qu’international. Ces collaborations ont renforcé nos capacités en tant que défenseurs créatifs, en facilitant l’échange de connaissances et en encourageant les efforts collectifs pour faire progresser les droits des personnes en situation de handicap et les arts inclusifs. Cette reconnaissance souligne l’importance et l’influence de nos initiatives pour faire progresser l’inclusion sociale, les arts inclusifs et les efforts de sensibilisation.

Sur la base de ces travaux, nous espérons atteindre les objectifs suivants :

  1. Renforcer l’impact des CDRA : nous renforcerons le groupe des défenseur.euses créatif.ves des droits des personnes en situation de handicap (CDRA) en leur fournissant une formation continue, des ressources et un soutien afin d’améliorer leurs efforts de plaidoyer. Il s’agit notamment d’étendre leur portée au sein de leurs communautés et de faciliter leur participation aux processus d’élaboration des politiques relatives aux droits des personnes en situation de handicap et aux droits sexuels et reproductifs.
  2. Élargir la visibilité et l’inclusivité : nous cherchons à élargir la visibilité de la danse, des danseur.euses et des arts inclusifs au-delà de notre portée actuelle et à favoriser une meilleure appréciation et une meilleure compréhension de l’inclusivité dans les arts. Nous nous efforçons d’améliorer l’accessibilité du centre de résidence afin de garantir qu’il reste un espace accueillant et favorable aux personnes de toutes capacités. Notre objectif est d’étendre la portée et l’impact des programmes de formation à la danse et au mouvement du centre en nous connectant à un plus grand nombre d’activistes et de créatifs d’origines diverses.
  3. Renforcer la reconnaissance locale et internationale : nous cherchons à renforcer l’impact du centre sur le développement communautaire en encourageant un engagement et une collaboration significatifs entre les artistes, les activistes, les travailleur.euses du développement communautaire, les autorités locales et les chercheur.euses. Au niveau mondial, nous nous engageons activement auprès des parties prenantes de divers secteurs pour mettre en évidence l’impact de nos initiatives et plaider en faveur de changements politiques qui promeuvent l’inclusion sociale et les droits.
  4. Renforcer les réseaux et les partenariats : nous cherchons à construire et à entretenir des réseaux et des partenariats avec des institutions, des chercheur.euses et des organisations qui partagent notre vision de la promotion des droits et des arts inclusifs. Nous visons à maintenir nos collaborations étroites avec les parties prenantes et les partenaires locaux, en veillant à ce que les initiatives du centre restent en phase avec les besoins de la communauté et s’attaquent efficacement aux problèmes locaux tout en s’efforçant d’atteindre l’autosuffisance.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Dance into Space et sur notre travail, vous pouvez vous connecter avec nous sur Facebook et LinkedIn, et regarder nos spectacles sur YouTube et Vimeo.

Vidéo de synthèse sur le projet Breaking Barriers

Témoignages de Bénéficiaires

A young woman holds up a handmade fabric pad.

Bénéficiaire Stories

Ensemble pour un Burkina Faso favorable à la santé et l’hygiène menstruelles

Burkina Faso

Priorités: Violence, Stigmatisation, Jeunesse, Avortement, Accès

Three people sit outside on a bench, in conversation.

Bénéficiaire Stories

Si vous le construisez, ils viendront : Améliorer les soins de santé pour les communautés transgenres, intersexes et de genre différent

Zambie

Priorités: Stigmatisation, Accès

A man sits in a chair writing on a piece of paper while two community outreach workers look on

Bénéficiaire Stories

Des hommes engagés : Transformer les mentalités contre la masculinité toxique

Cameroun

Priorités: Accès, Jeunesse, Violence

Veuillez sélectionner une langue