Woman standing in a field of trees, showing the camera vegetables she's grown

Grantee Stories

Autonomiser des agricultrices à devenir les champions DSSR

Bénéficiaire partenaire: Environmental Conservation and Agricultural Enhancement Uganda

Subvention: Renforcement

Priorités: Accès, Jeunesse

Pays: Ouganda

Les femmes sont une force motrice de l’agriculture dans le monde entier, cultivant les aliments et les récoltes qui assurent la subsistance des communautés et constituent la pierre angulaire de nombreuses économies. En Afrique subsaharienne, 66 % des femmes, contre 60 % des hommes, dépendent de l’agriculture pour leur subsistance. Pour les femmes travaillant dans l’agriculture, garantir l’accès à des services complets de droits et de santé sexuels et reproductifs (DSSR) renforce leur capacité à travailler. Des soins de santé maternelle et de santé sexuelle et reproductive respectueux devraient être disponibles, accessibles et abordables pour tou·te·s. Cependant, dans de nombreuses communautés rurales, il existe des obstacles à l’accès aux soins, ce qui a des répercussions négatives sur la santé des femmes. L’engagement des membres de la communauté à demander des comptes à leur gouvernement local, aux cliniques de santé et aux structures communautaires est essentiel pour travailler à un changement positif et à l’élimination des obstacles aux soins.

Environmental Conservation and Agricultural Enhancement Uganda (Eco-Agric) est une organisation dirigée par des femmes qui s’efforce d’améliorer les moyens de subsistance et les résultats en matière de santé de leurs communautés. Elle y parvient par le renforcement des droits, la production agricole durable, la conservation de l’environnement, l’éducation et la promotion de la santé, l’autonomisation économique et la nutrition, le développement des compétences et le soutien à l’éducation par le biais du renforcement des capacités, de la recherche et de la formation. L’objectif est de parvenir à une population en bonne santé et responsabilisée, vivant dans un environnement durable.

Le rapport du recensement de la population et du logement de 2014 en Ouganda indique que 68 % de la population dépend de l’agriculture de subsistance pour sa subsistance. Dans le district rural de Kibaale, la plupart des femmes dépendent de l’agriculture comme principale source de revenus. Lors d’une enquête de référence menée pour évaluer la qualité des services DSSR disponibles au district Kibaale, Eco-Agric Uganda a identifié que :

  • Les femmes et les jeunes manquent généralement d’informations sur les DSSR et sur la disponibilité des services, ce qui affecte l’utilisation de ces derniers.
  • La prestation de services de DSSR était médiocre et caractérisée par la corruption et les pots-de-vin. Dans de nombreux endroits, il fallait payer pour obtenir des fournitures et des services de base, tels que des vaccins, des gants et des kits d’accouchement, ce qui empêchait certaines femmes d’accéder aux soins.
  • Les femmes à la recherche de soins prénataux ont été victimes de violences physiques et psychologiques de la part des prestataires de services, ce qui a affecté leur désir de continuer à chercher des services.
  • Les infrastructures, telles que la qualité des routes, permettant d’accéder aux cliniques sont médiocres, ce qui allonge les trajets pour accéder aux soins. Certaines femmes accouchent sur le bord de la route.
  • Dans de nombreuses cliniques, il n’y avait pas assez de prestataires de soins de santé pour assurer les services. Dans certains endroits, il n’y avait aucune clinique publique disponible.

Eco-Agric Uganda a constaté que peu d’agricultrices, d’agro-productrices et d’agro-commerçantes participaient à la planification, à la budgétisation et au suivi des DSSR dans leurs districts. Dans ce contexte, Eco-Agric a mis en œuvre un projet de subvention Renforcement AmplifyChange visant à améliorer la prestation de services en matière de DSSR en Ouganda en donnant aux femmes rurales dépendant de l’agriculture les moyens de devenir des défenseuses des DSSR.

Une femme se tient dans un champ d'arbres et montre à la caméra les légumes qu'elle a cultivés.
Eco-Agric travaille en étroite collaboration avec les travailleuses agricoles

Construire un mouvement pour le changement

Lorsque l’Ouganda a adopté un système de gouvernance décentralisée en 1993, les implications entre les acteurs étatiques et non étatiques au niveau du gouvernement local n’étaient pas très bien comprises. La décentralisation et la mise en œuvre d’un nouveau cadre d’éradication de la pauvreté, appelé Plan de modernisation de l’agriculture (PMA), ont modifié les responsabilités et les relations des gouvernements locaux et des autres parties prenantes, y compris les groupes agro-industriels. Bien que les agriculteurs, les agro-transformateurs et les vendeurs de produits jouent un rôle central dans la prestation de services agricoles, peu d’entre eux participent à la prise de décision locale sur les questions agricoles et autres questions communautaires. Des travailleurs de l’agro-industrie ne savent pas nécessairement qu’ils peuvent participer aux réunions du budget et du conseil, et il y a un manque de connaissances sur les approches en matière de plaidoyer et de responsabilité.

L’objectif principal du projet était de permettre aux travailleuses agricoles de participer aux processus de planification et de budgétisation du gouvernement local de Kibaale afin de promouvoir les voix de la base dans la prise de décision concernant les DSSR. Le projet a également permis aux filles, aux adolescentes et aux jeunes femmes d’exiger les services et les informations nécessaires pour prendre des décisions éclairées concernant leurs soins de santé et pour signaler la violence basée sur le genre (VBG).

Eco-Agric y est parvenu grâce aux activités clés suivantes :

  • Concevoir et mettre en œuvre un programme de formation pour que les femmes participent activement à la planification et à la budgétisation des DSSR, afin d’intégrer la priorité des DSSR dans les politiques, les plans et les budgets au niveau local.
  • Former les femmes au suivi du budget DSSR afin de garantir la responsabilité et l’optimisation des ressources.
  • Faire participer les femmes, les filles et les jeunes de la région à l’éducation et à la sensibilisation en matière de DSSR, et leur faire connaître leurs droits en matière de services.
  • Donner au personnel d’Eco-Agric Uganda les moyens d’aider les communautés à participer à différentes activités de lobbying et de plaidoyer.

Eco-Agric Uganda a traduit les informations du guide de planification et de budgétisation en Runyoro-Rutooro dans le cadre de sa formation pour soutenir les processus de plaidoyer.

Un groupe de personnes à l'étal d'un marché fermier discutant avec des gens devant une bannière.
L’équipe d’Eco-Agric lors d’une activité de sensibilisation

Amener les femmes à la table

Le projet a soutenu la formation de l’Association des agricultrices, des agro-productrices et des agro-commerçantes du district de Kibaale, afin de permettre aux travailleuses agricoles de continuer à plaider en faveur du changement. Le projet a touché 16 581 femmes; à ce jour, les femmes de Kibaale participent davantage à la prise de décision au niveau du gouvernement local et suivent activement les dépenses budgétaires liées aux DSSR.

Grâce à leurs efforts de sensibilisation et de responsabilisation, un certain nombre de changements concrets sont intervenus dans le district :

  • Les services prénatals et de vaccination sont mieux dotés en personnel et plus accessibles, avec notamment des journées consacrées aux services prénatals et de vaccination.
  • Il y a une disponibilité plus importante des ressources, telles que les ambulances, les incubateurs et les lits d’accouchement, ainsi que la construction de nouvelles maternités et de nouvelles cliniques et la modernisation de celles qui sont en mauvais état.
  • Les femmes et les jeunes filles ont davantage recours aux services de santé sexuelle et reproductive dans les centres de santé locaux, ce qui réduit la morbidité et la mortalité maternelles.
  • Les agents de développement communautaire ont été formés à l’égalité du genre et mis en œuvre un programme radio pour améliorer la prestation de services de DSSR, touchant ainsi un plus grand nombre de membres de la communauté.
  • Les jeunes comprennent mieux leurs droits et l’égalité du genre, et les écoles ont constaté une diminution des incidents liés à la VBG.
  • Les femmes sont plus conscientes de l’importance de leur voix pour améliorer la prestation de services. Par exemple, à Kyakazihire, un groupe de femmes a organisé une manifestation pacifique pour plaider en faveur de l’amélioration des routes. À la suite de cette manifestation, le conseil municipal a réparé la route concernée.

En outre, le projet a permis à Eco-Agric Uganda de renforcer ses propres structures organisationnelles. Son conseil d’administration a reçu une formation sur la gouvernance, la sauvegarde et la responsabilité, et son équipe a mis à jour ses politiques et programmes internes.

Vers l’avenir

Par son travail, Eco-Agric cherche à continuer à améliorer la santé et les droits de ses communautés :

  • La VBG reste un problème présent au sein des communautés et des écoles. Il est nécessaire d’augmenter le nombre de agent chargé du traitement de cas de VBG, de soutenir les structures communautaires, notamment les centres à guichet unique aux centres de santé, afin d’améliorer la prise en charge clinique des victimes de viol, et d’intervenir sur les moyens de subsistance pour soutenir les survivantes et les personnes à haut risque de la VBG. Parmi les autres priorités figurent la mise en place de tribunaux mobiles, la rénovation ou la construction d’abris sûrs et le soutien à la police ougandaise pour assurer la sécurité des femmes, ainsi que l’amélioration des enquêtes et des poursuites judiciaires.
  • En plaidant pour améliorer la disponibilité d’une éducation complète sur la santé sexuelle et reproductive, la VBG, l’égalité et les droits du genre dans les programmes scolaires et pour les jeunes non scolarisés, on s’assurera que les générations futures vivront dans un monde plus égalitaire et plus inclusif. Soutenir les écoles pour qu’elles adoptent une approche de tolérance zéro à l’égard des abus et du harcèlement sexuels apporterait un soutien supplémentaire aux jeunes.

En travaillant en étroite collaboration avec les communautés rurales et en donnant aux travailleuses agricoles les moyens de faire entendre leur voix pour le changement, Eco-Agric montre l’importance et l’influence des mouvements de changement au niveau local pour améliorer les DSSR.

Témoignages de Bénéficiaires

A man sits in a chair writing on a piece of paper while two community outreach workers look on

Grantee Stories

Des hommes engagés : Transformer les mentalités contre la masculinité toxique

Cameroun

Priorités: Accès, Jeunesse, Violence

Students sit at desks in a white classroom. The teacher stands at the front of the room, wearing a turquoise outfit.

Grantee Stories

Assurer l’intégration durable de l’éducation des compétences de vie courante en milieu scolaire

Pakistan

Priorités: Accès, Jeunesse

A group of people stand in front of a house that is being built.

Grantee Stories

Mettre la santé menstruelle à l’ordre du jour grâce au plaidoyer et aux mouvements

Népal

Priorités: Stigmatisation, Jeunesse

Veuillez sélectionner une langue