Students sit at desks in a white classroom. The teacher stands at the front of the room, wearing a turquoise outfit.

Grantee Stories

Assurer l’intégration durable de l’éducation des compétences de vie courante en milieu scolaire

Bénéficiaire partenaire: Aahung

Subvention: Renforcement

Priorités: Accès, Jeunesse

Pays: Pakistan

64 % de la population pakistanaise a moins de 30 ans, et 29 % de cette population a entre 15 et 29 ans (Bureau des statistiques du Pakistan, 2017). Les adolescents pakistanais ont indiqué qu’ils avaient besoin d’informations sur la santé reproductive, car la recherche a révélé les mythes et les idées fausses qui conduisent à des pratiques dangereuses telles que les mariages précoces et les grossesses non désirées.

Aahung est une ONG basée au Pakistan, qui œuvre à l’amélioration des droits sexuels et reproductifs pour tous dans l’ensemble du pays. Reconnaissant le besoin des jeunes d’accéder à des informations complètes et précises, Aahung est l’un des pionniers de la mise en œuvre de l’éducation des compétences de vie courante au Pakistan. Grâce à son financement avec AmplifyChange, Aahung s’est concentré sur la manière d’intégrer durablement l’éducation des compétences de vie courante dans les programmes scolaires privés et publics dans la province de Sindh, suite à la décision du gouvernement en 2018 d’inclure l’éducation des compétences de vie courante dans les programmes scolaires.

Les élèves sont assis à des bureaux dans une salle de classe blanche. L'enseignant se tient à l'avant de la salle, vêtu d'une tenue turquoise.
Élèves d’une école partenaire participant à une séance sur les menstruations.

En raison de barrières culturelles, les programmes pakistanais ont traditionnellement hésité à travailler avec les adolescents et les jeunes célibataires, ce qui se traduit par un accès insuffisant aux informations et aux services de santé génésique. Culturellement, les adolescents sont souvent considérés comme des adultes après la puberté, ce qui entraîne une augmentation des responsabilités sociales, notamment le mariage et l’accouchement. Pourtant, en raison de leur sexe et de leur jeune âge, ils n’ont pas de statut social au sein de la communauté ni de pouvoir de décision au sein de la famille pour faire face à ces aspects de la vie adulte, ce qui les laisse mal équipés pour gérer leur vie reproductive.

Les programmes d’Aahung interviennent à chaque étape du système éducatif. Les programmes de l’école primaire se concentrent sur l’éducation des enfants à la protection de leur corps et les dotent des compétences essentielles pour communiquer les malaises et les mauvais traitements. Au fur et à mesure que les élèves grandissent, ils sont initiés aux techniques de négociation et de résolution des conflits, tout en apprenant les changements corporels tels que la puberté, et en prenant conscience du harcèlement et des abus sexuels. Les jeunes plus âgés suivent un programme qui aborde des sujets liés à la santé génésique tels que le VIH/SIDA, la pression exercée par les pairs, les droits au sein du mariage et l’importance de la planification familiale.

Le programme des compétences de vie courante met fortement l’accent sur les dynamiques de genre et de pouvoir, en reconnaissant leur rôle influent sur les résultats en matière de santé reproductive dès le plus jeune âge. Le programme sert également à dissiper la stigmatisation et le sentiment de honte que les jeunes sont amenés à ressentir face à tout sujet relatif à leur corps. Comme le raconte une jeune fille de onze ans dans une école de Karachi :

Auparavant, mes amis et moi étions effrayés par le mot « puberté ». Mais après les cours des compétences de vie courante et les discussions avec nos professeurs, ce n’est plus un fardeau ou une source d’anxiété.

Après le confinement du COVID-19, il y a eu une augmentation présumée des cas de mariage/union d’enfants, précoce et forcé (M/UEPF) au Pakistan. À cette époque, l’accès d’Aahung à son jeune public, en particulier aux filles, était restreint. Avec l’aide d’AmplifyChange, Aahung a réorganisé la quasi-totalité de son programme pour l’adapter aux espaces en ligne et a trouvé des moyens numériques de transmettre des informations sur les droits sexuels et reproductifs et de sensibiliser le public à ces questions. Un vaste répertoire d’informations a été créé sous la forme de webinaires en direct avec des séances de questions-réponses d’experts et des aides audiovisuelles telles que des vidéos animées en 2D et des infographies, fournissant des informations opportunes et précises aux jeunes en anglais, en ourdou et dans d’autres langues régionales. Ce contenu peut être visionné sur la page Facebook d’Aahung ici.

Un groupe d'élèves s'assoit face à l'avant de la salle.
Des élèves d’une école de filles assistent à une pièce de théâtre communautaire sur le thème du genre.

Dans le cadre de son travail, Aahung a soutenu un certain nombre de composantes pour faire de l’inclusion de l’éducation des compétences de vie courante une réalité dans le Sindh :

  • Former plus de 500 enseignants à répondre aux besoins des élèves en matière de DSSR par le biais de politiques et de services
  • Sensibilisation des parents à la santé et aux droits sexuels et reproductifs des adolescents et collaboration avec eux pour défendre les droits et les questions liées à la santé et aux droits sexuels et reproductifs des adolescents.
  • Révision des manuels scolaires et intégration de nouveaux contenus dans le programme d’études

La mise en œuvre du programme des compétences de vie courante au Pakistan continue de se heurter à un certain nombre de difficultés, notamment la fragilité des systèmes d’éducation et de santé, l’intimidation des groupes opposés à ce programme et le manque de volonté politique. Cependant, grâce au succès du travail d’Aahung dans la province de Sindh, d’autres gouvernements provinciaux travaillent maintenant avec Aahung pour mettre en œuvre les programmes des compétences de vie courante dans leurs programmes scolaires.

Témoignages de Bénéficiaires

A man sits in a chair writing on a piece of paper while two community outreach workers look on

Grantee Stories

Des hommes engagés : Transformer les mentalités contre la masculinité toxique

Cameroun

Priorités: Accès, Jeunesse, Violence

Woman standing in a field of trees, showing the camera vegetables she's grown

Grantee Stories

Autonomiser des agricultrices à devenir les champions DSSR

Ouganda

Priorités: Accès, Jeunesse

A group of people stand in front of a house that is being built.

Grantee Stories

Mettre la santé menstruelle à l’ordre du jour grâce au plaidoyer et aux mouvements

Népal

Priorités: Stigmatisation, Jeunesse

Veuillez sélectionner une langue