A young boy leads a group of men who are guiding a donkey and cart through flood waters.

Nouvelles

Crise des inondations au Pakistan : le coût caché sur les droits et la santé sexuels et reproductifs

Notre conseillère stratégique au Pakistan, Neha Mankani, s’est rendue dans les zones touchées pour offrir ses compétences de sage-femme. Neha explique comment les inondations créent une crise pour la santé et les droits sexuels et reproductifs et comment les groupes de la société civile locale y répondent.

Un jeune garçon conduit une charrette tirée par un bœuf à travers les eaux de crue. Trois hommes se tiennent sur le dessus de la charrette avec une moto.

Des précipitations équivalentes à près de 3 à 5 fois la moyenne nationale sur 30 ans ont recouvert d’eau jusqu’à un tiers du Pakistan. Le nombre de morts s’élève à plus de 1 500 et continue d’augmenter, et 33 millions de personnes ont été touchées par les déplacements et la perte de leurs maisons et de leurs biens. (UN OCHA). Alors que les pluies ont maintenant cessé, la hausse des températures et la fonte des glaciers ont encore aggravé la situation, avec des kilomètres de lacs là où se trouvaient les villages.

Alors que l’urgence se poursuit et que les familles s’installent dans des abris de fortune, nous assistons à l’émergence d’une crise majeure en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs : problèmes de santé menstruelle, problèmes de santé et de sécurité liés à l’eau et à l’assainissement (jusqu’à 300 personnes utilisent une latrine improvisée), augmentation spectaculaire de la mortalité et de la morbidité maternelles et néonatales, et augmentation des violences sexuelles.

Les femmes et les filles, en particulier les adolescentes, sont exposées à des risques supplémentaires, notamment le risque de mariage précoce et des formes d’abus et d’exploitation sexuels tels que le viol, le harcèlement et la traite des humains. Les personnes marginalisées, y compris les personnes en situation de handicape, sont plus vulnérables en raison de la perturbation de l’accès aux services essentiels. Les enfants et les groupes marginalisés sont exposés aux abus, à la violence et à l’exploitation dans les points de distribution de l’aide.

L’une des régions les plus touchées du Sindh est le district de Dadu, qui a été inondé par les eaux d’un lac, d’une rivière et des torrents des collines. En conséquence, des centaines de villages de Dadu sont maintenant sous l’eau. Ce qui était une route de dix minutes reliant deux villes du district est maintenant un trajet d’une heure en bateau.


Sujag Sansar Organization (SSO), un ancien bénéficiaire partenaire d’AmplifyChange, travaille dans le district de Dadu et a été à l’avant-garde du travail avec les communautés, en particulier dans le domaine des services de santé sexuelle et reproductive et de la mobilisation communautaire, pendant cette période. Dès que les inondations ont commencé, la SSO a mis en place un service gratuit de bateaux pour sauver les familles des zones inondées. L’organisation compte 30 comités de lutte contre le mariage des enfants dans le district, qui ont été mobilisés pour rester sur les sites où les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) ont installé des camps. Les comités signalent à la SSO tous les cas de violence sexuelle ou de mariage transactionnel qui ont lieu.

Le directeur général de la SSO, Mashooque Bhirmani, explique :

Ce que nous observons dans cette catastrophe est ce que notre expérience précédente a montré : que pendant les catastrophes naturelles, lorsque déjà les parents se retrouvent financièrement vulnérables et luttent pour répondre aux besoins de base de leurs familles, nous commençons soudainement à voir une augmentation de la vente de mineurs à marier.

Forum for Dignity Initiatives (FDI), un ancien bénéficiaire partenaire d’AmplifyChange, fournit des kits de menstruation et d’hygiène personnelle aux filles et aux femmes dans les zones touchées par les inondations des districts de Naseerabad et Jafferabad au Baloutchistan. Plus de 5 000 kits ont été préparés et distribués par leur équipe et leurs bénévoles. La FDI essaie de travailler avec l’autorité provinciale de gestion des catastrophes pour mettre en place des espaces sûrs où les filles, les femmes, les personnes transgenres et les personnes en situation de handicape peuvent chercher un soutien psychosocial. En outre, elle demande instamment au département de la santé du Baloutchistan de fournir des contraceptifs dans les zones touchées par les inondations.

Shirakat-Partnership for Development est un bénéficiaire partenaire par AmplifyChange qui a contribué à l’aide immédiate aux victimes des inondations à Nowshera, Rajanpur et Jafferabad. Leur travail comprend la fourniture de denrées alimentaires de base et d’articles non alimentaires aux communautés déplacées, ainsi que l’approvisionnement en lampes solaires pour améliorer la sécurité dans les camps pour les populations vulnérables.


Trois personnes se trouvent sur un bateau en bois, flottant dans les eaux de crue.

Dans le cadre de mon propre travail de sage-femme et par le biais de l’organisation Mama Baby Fund, nous fabriquons des kits d’accouchement propres pour les femmes déplacées qui doivent accoucher dans les zones touchées par les inondations. Nous organisons de grands camps de santé maternelle et néonatale dans les zones où les besoins sont les plus importants. Dans ces camps, nous proposons aux femmes enceintes des bilans de santé, des médicaments et des compléments alimentaires, nous identifions les complications et nous enseignons l’utilisation des kits d’accouchement. J’ai travaillé avec la SSO pour fournir des services de santé maternelle à Dadu.

Le jour où je suis arrivé à Dadu et pris contact avec Mashooque, nous avons entendu parler de deux décès maternels dans la communauté. Ces femmes avaient été secourues par bateau, mais n’avaient pas pu arriver aux centres de santé à temps en raison de problèmes d’infrastructure. Pendant que j’installais mon camp de santé maternelle, j’ai vu Mashooque signaler un cas de violence sexuelle dans un camp que nous venions de traverser. Je lui ai demandé quels étaient les défis auxquels il était confronté en faisant cela :

La famille de l’auteur des faits a demandé qu’il soit pardonné, mais les femmes ont peur de dormir dans ces camps. Si nous ne signalons rien, il n’y aura jamais de comptes à rendre.

Nous sommes restés avec la SSO pendant deux jours dans le district, au cours desquels les volontaires communautaires travaillant avec l’organisation nous ont aidés à localiser et mobiliser les femmes enceintes et les nouveau-nés nécessitant des soins. Pendant ces deux jours, nous avons fourni des produits de santé reproductive et menstruelle, des services de santé maternelle et des kits d’accouchement propre à plus de 250 femmes. Nous avons fourni des services aux femmes enceintes devant accoucher dans les prochaines semaines, dont beaucoup accoucheront dans des tentes, des bateaux ou des cliniques de fortune. Nous avons vu des cas d’infections de l’appareil génital et de maladies sexuellement transmissibles. Des femmes sont venues nous voir pour nous faire part de leurs inquiétudes quant à l’interruption des services et des soins de planification familiale. J’ai constaté cette tendance dans mon travail dans le domaine de la santé reproductive en situation de crise – l’impossibilité de faire retirer un implant ou un DIU, ou d’avoir accès aux pilules ou une injection contraceptive.

Lorsqu’on lui a demandé quels étaient ses prochains projets pour la communauté, Mashooque a répondu qu’il prévoyait d’utiliser le théâtre et la musique pour dispenser une éducation sanitaire et ludo-éducative aux communautés touchées par les inondations dans les camps de personnes déplacées, en particulier aux enfants et aux femmes, afin de dissiper la peur et les traumatismes et d’améliorer les services de santé sexuelle et reproductive.


La stigmatisation qui entoure la santé et les droits sexuels et reproductifs signifie que nous pouvons être lents à voir comment ces droits humains fondamentaux sont affectés par une crise environnementale. Mais ce que nous apprenons au Pakistan, c’est que la santé et les droits sexuels et reproductifs sont vulnérables à une crise liée au changement climatique comme les inondations au Pakistan. Cela peut compromettre la liberté, la dignité et la vie des personnes, où qu’elles soit.

Nouvelles

The old AmplifyChange logo sits on top of the new AmplifyChange logo, with the words 'Before' and 'After'.

Nouvelles10/01/2024

Embrasser la croissance, amplifier l’impact : AmplifyChange lance une nouvelle marque et un nouveau site web

AmplifyChange grantee, GIWYN at a march for ending violence against women in Nigeria. They are holding up an orange banner with the text 'End violence against women'.

Nouvelles24/11/2023

#16Days: Naviguer sur la frontière ténue entre la prévention et la réponse à la violence basée sur le genre

A group of people sit and watch a panel of four people speak about their work.

Nouvelles31/10/2023

‘ChatSRHR’ : Apprendre des experts au Women Deliver

Veuillez sélectionner une langue