A group of people sit and watch a panel of four people speak about their work.

Nouvelles

‘ChatSRHR’ : Apprendre des experts au Women Deliver

Mettre en valeur les connaissances et l’expérience de nos bénéficiaires partenaires est au cœur de la mission d’AmplifyChange. Découvrez nos sessions ChatSRHR et apprenez-en plus sur les sujets abordés.

En juillet 2023, l’équipe d’AmplifyChange a participé à Women Deliver, la plus grande conférence mondiale sur l’égalité de genre. La conférence s’est tenue à Kigali, au Rwanda, avec plus de 6 000 participants venus du monde entier pour explorer le large éventail de questions et d’intersections liées à l’égalité de genre. AmplifyChange a coordonné et participé à un certain nombre de panels et d’événements parallèles axés sur l’éducation complète à la sexualité (ECS), le droit à l’avortement et la décolonisation des subventions.

Dans l’esprit du thème de la conférence – Espaces, solidarité et solutions – AmplifyChange a organisé une série de discussions à notre stand intitulée « ChatSRHR ». Des expert·e·s issus d’un large éventail d’organisations de droits et de santé sexuels et reproductifs (DSSR) se sont réunis pour partager leurs expériences, leurs réussites et les défis qu’ils rencontrent dans leur travail, et ont mis en évidence les principaux enseignements et leçons à tirer. Nous avons le plaisir de partager ci-dessous les enregistrements et les résumés des différentes sessions. A noter que les enregistrements des séances sont uniquement disponible en anglais.

Frontières numériques : Exploiter la technologie et l’IA pour faire progresser les DSSR

Two women sit in front of a camera, in conversation.

Leonora Tima de Kwanele – Bringing Women Justice en Afrique de Sud et Wanjiru Kareithi de Trust for Indigenous Culture and Health (TICAH) au Kenya discutent des défis, des opportunités et de la mise en œuvre pratique des solutions numériques pour faire avancer les DSSR.

Trois points essentiels à retenir de la discussion :

  • Les outils numériques, y compris ceux qui utilisent l’IA, qui soutiennent les DSSR nécessitent l’engagement d’un large éventail de parties prenantes, y compris des expert·e·s juridiques, des expert·e·s médicaux, des expert·e·s en numérique et en sécurité, et des bénévoles ou des travailleur·euse·s engagé·e·s.
  • De la recherche, de la recherche et encore de la recherche ! Pour que vos outils soient aussi utiles et ciblés que possible, veillez à recueillir les réactions des communautés dans lesquelles vous travaillez afin de renforcer l’efficacité de vos outils numériques.
  • Restez informé. L’espace numérique et l’espace IA sont en constante évolution. Il est donc essentiel de se tenir au courant des développements les plus sûrs et les plus efficaces.
NOTE : En raison de problèmes de connectivité internet, le son est absent d’une partie de la vidéo.

De la prise de conscience à l’action : Mobiliser les mouvements pour mettre fin à l’E/MGF

Four women sit next to each other and smile at the camera

Sarian Kamara de Keep the Drums, Lose the Knife, Sariba Badjie de The Girls’ Agenda, Ugbad Hashi de NAFIS Network, et Ifrah Ahmed d’Ifrah Foundation partagent leurs expériences en tant que défenseuses de l’abandon de l’E/MGF dans des contextes difficiles et expliquer comment ils font progresser le changement dans leurs communautés.

Trois points essentiels à retenir de la discussion :

  • Un changement durable repose sur les efforts parallèles de l’engagement politique et du changement des normes sociales. S’il est essentiel de mener des actions de plaidoyer politique pour modifier les lois et les politiques, il ne peut y avoir de mise en œuvre sans l’adhésion de la communauté à l’abandon de l’E/MGF.
  • La volonté politique peut souvent faire défaut, mais un engagement continu auprès des leaders de la communauté, tels que les chefs religieux, les dirigeant·e·s communautaires, les exciseuses et d’autres groupes, est essentiel pour faire évoluer les mentalités.
  • L’établissement de partenariats et d’alliances avec des organisations, des militant·e·s et des gardien·ne·s de la culture partageant les mêmes idées contribue à soutenir l’élan et la durabilité du mouvement en faveur d’un changement politique et social visant à mettre fin à l’E/MGF.

Laissez les jeunes diriger ! Centrer les mouvements de changement dirigés par les jeunes

Three women sit next to each other. One is speaking into a microphone

Leilena Shimeles de Talent Youth Association, Sesilia Shirima de Young and Alive Initiative, and Clementine Tarnagda d’Organisation pour de nouvelles initiatives en développement et santé (ONIDS) partagent la manière dont les mouvements de jeunes plaident pour des changements dans le domaine des DSSR, et la manière dont la communauté plus large de la santé et des droits sexuels et reproductifs peut faire plus pour centrer les voix des jeunes au niveau de la prise de décision.

Trois points essentiels à retenir de la discussion :

  • Les jeunes doivent faire pression pour obtenir une place à la table des négociations. Bien qu’il puisse être frustrant d’avoir l’impression de devoir « prouver sa valeur », s’assurer que les jeunes plaident constamment pour faire partie des processus de prise de décision est la seule façon de garantir qu’ils peuvent être représentés dans les questions qui les concernent.
  • La collecte de preuves et d’histoires peut être l’un des outils les plus puissants pour le plaidoyer des jeunes. Parler en tant que jeune et partager les réalités des jeunes peut avoir un impact plus fort sur les décideur·euse·s, surtout lorsqu’il est associé à des preuves et des données concrètes.
  • Le mentorat des jeunes par leurs pairs est important pour construire le pipeline des jeunes leaders et activistes. Ce n’est qu’en soutenant la prochaine génération de défenseurs des DSSR que l’on peut garantir la durabilité du plaidoyer pour les DSSR mené par les jeunes.

Comment mettez en œuvre le plaisir

Four people sit in a row next to each other. One man is speaking into a microphone while others watch.

Sarian Kamara de Keep the Drums, Lose the Knife, Innocent Grant de Young and Alive Initiative, Anastase Ndagijimana de Haguruka, et Leeza Mangaldas de The Pleasure Project expliquent comment ils ont réussi à mettre en œuvre une approche fondée sur le plaisir pour améliorer les DSSR au sein de leurs communautés.

Trois points essentiels à retenir de la discussion :

  • Aborder les conversations sous l’angle du plaisir permet d’ouvrir les conversations et d’explorer leur compréhension et leur expérience du sexe et de la sexualité d’une manière qui leur convient.
  • De plus en plus, les jeunes s’informent sur la sexualité sur l’internet – et pas toujours à partir de sources fiables. En créant et en diffusant auprès des jeunes des informations et des contenus DSSR exacts d’une manière amusante et axée sur le plaisir, les défenseur·euse·s des droits de l’homme veillent à ce que les jeunes disposent des informations dont ils ont besoin pour faire des choix sains.
  • La création d’espaces permettant aux gens d’apprendre, de poser des questions et d’écouter les expériences des autres est essentielle non seulement pour partager des informations, mais aussi pour construire une communauté et une compréhension mutuelle lorsqu’il s’agit de sexe et de sexualité.

Pour en savoir plus sur la mise en œuvre d’une approche de la santé sexuelle basée sur le plaisir, consultez le guide « 10 conseils pour faire une place au plaisir dans votre travail ». Cliquez ici pour accéder au guide.

NOTE : En raison de problèmes de connectivité internet, le son est absent d’une partie de la vidéo.

Construire des mouvements pour la défense du droit à l’avortement

A man and a woman in conversation with each other

Ibrahim Tommy de Center for Accountability and the Rule of Law (CARL) et Emma Kaliya de la Coalition for the Prevention of Unsafe Abortion (COPUA) discutent de la manière dont la construction d’un mouvement soutient un plaidoyer fort pour faire évoluer positivement les droits à l’avortement, avec les exemples de la Sierra Leone et du Malawi.

Trois points essentiels à retenir de la discussion :

  • Les données et les preuves sont cruciaux pour le plaidoyer en faveur de l’accès à l’avortement – mais il peut être tout aussi important d’avoir des allié·e·s parmi les chefs religieux et culturels, car ce sont souvent des personnes qui entretiennent des relations étroites avec les décideur·euse·s politiques.
  • Les échanges d’expériences entre pays et régions sont un outil important pour comprendre ce qui a fonctionné pour changer les politiques dans d’autres contextes.
  • Lors de la mise en place de mouvements pour le changement, veillez à ce que tous les secteurs qui seront affectés par un changement de politique ou de loi soient représentés. Les professionnel·le·s de la santé, les médias, les dirigeant·e·s communautaires, les organisations de la société civile, les chefs religieux, entre autres, sont importants à inclure dans les efforts de plaidoyer.

Résilience et résistance : Sauvegarder les droits des LGBTQ+ en temps de crise

Les équipes de l’UHAI EASHRI et de l’Initiative Sankofa de l’Ouest discutent de la manière de mieux soutenir les organisations et les militant·e·s LGBTI et se penchent sur les connotations et les limites du mouvement DSSR actuel dans le soutien aux droits des LGBTI.

Pour des raisons de sécurité, cette session n’a pas été enregistrée. Toutefois, un résumé des points clés a été élaboré et est disponible ci-dessous.

Trois points essentiels à retenir de la discussion :

  • Le repos et la joie peuvent être considérés comme acquis ou comme superflus par rapport aux efforts de plaidoyer. Les possibilités de bien-être des militant·e·s doivent être privilégiées lors de la construction de la durabilité du mouvement pour les droits des LGBTI.
  • L’apprentissage intersectoriel peut permettre de comprendre comment les mouvements dans d’autres domaines de la santé sexuelle et reproductive – comme le mouvement pour le droit à l’avortement – ont abordé leur travail de plaidoyer et obtenu des succès.
  • Les bailleurs et les partenaires devraient écouter les militant·e·s et prendre en compte leurs suggestions sur la manière de soutenir au mieux le mouvement. Un financement flexible et des décaissements rapides sont deux moyens d’aider les défenseur·euse·s et les organisations de la société civile à mettre en œuvre leur travail de manière réactive et adaptable.
Lien externe Vous pouvez visionner la liste complète des sessions sur YouTube ici! (en anglais)

Nouvelles

The old AmplifyChange logo sits on top of the new AmplifyChange logo, with the words 'Before' and 'After'.

Nouvelles10/01/2024

Embrasser la croissance, amplifier l’impact : AmplifyChange lance une nouvelle marque et un nouveau site web

AmplifyChange grantee, GIWYN at a march for ending violence against women in Nigeria. They are holding up an orange banner with the text 'End violence against women'.

Nouvelles24/11/2023

#16Days: Naviguer sur la frontière ténue entre la prévention et la réponse à la violence basée sur le genre

Neha Mankani, Ritikaa Khunnah et Beyonce Karungi - trois femmes assises les unes à côté des autres dans une rangée et tenant des microphones.

Nouvelles03/10/2023

L’investissement dans les organisations de la société civile locales mène à des résultats positifs en matière de santé sexuelle et reproductive

Veuillez sélectionner une langue